Une monnaie Locale Complémentaire c’est quoi ?

C’est une monnaie qui circule entre des acteurs économiques (ménages, entreprises, autres prestataires, collectivités) qui partagent les mêmes valeurs et objectifs et s’engagent à les traduire dans leurs actes de consommation et de production.

Elle permet d’intensifier les échanges de biens ou de services entre les membres du réseau ainsi constitué.

Elle peut circuler sous forme de billets papier et/ou sous forme électronique.

Elle est locale

L’aire géographique sur laquelle la monnaie peut être utilisée (et donc circule) est volontairement restreinte.

Dans notre cas, il est prévu que l’aire géographique soit limitée au territoire de la Métropole Européenne de Lille.

Elle est complémentaire

Elle n’a pas vocation à remplacer l’Euro, mais seulement à être utilisée en complément. Et elle n’a pas de cours propre et sa parité (1 unité MLC = 1 Euro) est garantie et constante.

Pourquoi 2 monnaies locales complémentaires au sein d’une même solution monétaire ?

Il s’agit de répondre à 2 besoins distincts…

La monnaie locale citoyenne sert exclusivement les échanges courants entre particuliers, entreprises et autres prestataires.

La monnaie Interentreprises constitue une solution de crédit mutualisé pour les échanges entre entreprises uniquement.

Chaque entreprise membre peut choisir d’utiliser l’une ou l’autre monnaie, voire les deux.

La monnaie citoyenne

  • elle s’adresse aux citoyens, aux entreprises (plutôt TPE, PME), aux associations et aux collectivités,
  • elle concerne plutôt des transactions de faible montant et des achats « du quotidien » entre clients et fournisseurs (ménages, entreprises ou autres acteurs économiques),
  • sa mise en service doit débuter sur les territoires pilotes,
  • à terme, elle a vocation à être déployée sur l’ensemble du territoire de la MEL.

La monnaie interentreprises (ou Barter)

  • elle s’adresse exclusivement aux entreprises d’un territoire souhaitant développer des relations d’affaires entre elles,
  • les transactions se traduisent par l’ouverture de lignes de débit et de crédit,
  • il n’y a donc besoin ni de convertir préalablement des euros, ni d’engager la trésorerie de l’entreprise pour participer aux échanges au sein du réseau,
  • le cœur du système est la « chambre de compensation » qui enregistre toutes les transactions et chaque membre y possède un compte,
  • la «  compensation  » est une façon de régler la transaction en permettant de payer une dette vis-à-vis d’un membre avec une créance détenue sur d’autres membres.